Vietnam Journalist Union (VNJU) élargit son horizon en Culture et en Art VNJU au 72e Festival de Cannes en France

Le réalisateur Ken Loach et le scénariste Paul Laverty sont de retour à Cannes avec le film ” Sorry we Missed You”

Ken Loach décrit les victimes d’un développement économique que tout le monde doit accepter comme une réalité de la vie. 

 Le réalisateur Ken Loach
Le réalisateur Ken Loach

Notre correspondante BMG Grieder Nguyen
Notre correspondante BMG Grieder Nguyen

Le drame concerne Ricky (interprété par Kris Hitchen), un ancien ouvrier du bâtiment de Newcastle, qui a perdu à la fois son travail et la possibilité de contracter une hypothèque après le krach économique de 2008. Il est un gars assidu, travailleur et affectueux. Son épouse Abbie (Debbie Honeywood), infirmière contractuelle et aide familiale à domicile, doit rendre visite à des dizaines de personnes handicapées, âgées et vulnérables chaque jour pour leurs repas, leurs bains. C’est une charge de travail qui, au fil des ans, ne lui a pas laissé le temps de s’occuper de ses deux enfants à la fin de la journée. Il s’agit de Seb (Rhys Stone), un adolescent qui a du talent artistique, mais qui a des problèmes avec les autorités, et sa soeur intelligente, Liza Jane (Katie Proctor).

Le compagnon de Ricky le persuade de se lancer dans ce qui ressemble à un joli petit gagne-pain: conduire une camionnette pour une grande entreprise de livraison. Maloney (Ross Brewster), le directeur dur de la société dit à Ricky qu’il sera employé de manière quasi indépendante, sans aucun des avantages de l’emploi conventionnel. Il doit acheter ou louer sa propre camionnette et respecter des objectifs stricts en matière de livraison. Ricky n’a pas le temps d’aller aux toilettes et doit emporter avec lui une bouteille en plastique vide, une nécessité qui le rend vulnérable. Et Maloney ne lui a pas tout dit sur la situation de l’assurance.

Ainsi, Ricky persuade Abbie de vendre la voiture dont elle a besoin pour son travail, afin de pouvoir acheter la camionnette qui leur permettra de sortir de la misère financière. Il est embauché – ou selon la terminologie sinistre de la firme, il est « embarqué ».

Inévitablement, inexorablement, Ricky a des ennuis lorsque des besoins humains ordinaires l’obligent à s’absenter un peu de son travail et que le système de «sanctions», un autre jargon terrifiant emprunté au ministère du Travail et des Pensions, signifie qu’il a de plus en plus de dettes envers l’entreprise et doit travailler toujours plus. Abbie a également un contrat de zéro heure et elle peut voir à quel point ses patients sont négligés: il y a ici des scènes déchirantes pour Honeywood. Leur vie de famille et leurs relations avec leurs enfants deviennent de plus en plus toxiques. C’est saisissant, voire terrifiant, surtout lorsque Ricky se rend compte de la responsabilité financière. Les acteurs nous décrivent une situation tragique avec beaucoup de dignité.

Ken Loach est un habitué de Cannes, Wait and See !

BMG Grieder Nguyen

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s